Ma découverte : Porto

Porto c’est mon coup de coeur des vacances. Un vrai lieu de découverte et d’émotion.

Préparez vous pour un article fleuve avec plein de photos! J’ai hésité à le couper en deux mais finalement, je préfère l’idée de lier tout ce qui s’est passé pendant cette semaine au même endroit alors il va falloir s’accrocher 🙂

Nous avons choisi la même formule qu’à Lisbonne, c’est à dire un logement Airbnb situé proche du centre et de la gare (le petit drapeau bleu). Les transports ne sont pas utiles à Porto, surtout si on veut rester au centre ville. Si ce n’est pas le cas, le vélo ou le train sont très pratiques et suffisent amplement.

Il y a deux gares : Estacao Sao Bento et Porto Campanha (qui n’apparait pas sur la carte mais qui se situe juste à droite au bout de la rue Rodrigues de Freitas. La première ne nous a pas été très utile mais est très jolie! La seconde nous a permis d’arriver à Porto, d’aller à la plage, dans la vallée du Douro… Finalement on n’a prit le métro que pour aller à l’aéroport.

On a trouvé à Porto plus de paix et de douceur et un peu moins d’agitation qu’à Lisbonne. Sûrement car il y a moins de touristes! La ville a été épargnée par la destruction et il y règne une atmosphère un peu médiévale (si l’on veut…) ainsi qu’un charme suranné.

Les rues sont étroites, il fait bon s’y perdre entre les balcons plein de linge coloré. La ville semble moins parfaite que Lisbonne, il y a un côté très authentique vraiment présent. Autant Lisbonne est une ville superbe à visiter, autant on se surprend à rêver de Porto pour y habiter.

L’atmosphère est plus respirable qu’à Lisbonne, l’océan à proximité y est pour beaucoup et l’espace n’est pas utilisé de la même manière.  Les petites places aux kiosques laissent la place aux grands parcs qui s’intègrent dans la ville, donnant des possibilités d’évasion multiples. Porto est une ville aux mille caractères. D’abord viticole, elle est aussi artistique, entre architecture et théâtre. En tout cas, riche d’une culture intense. Les écoles d’art y sont nombreuses, et il y a une rue entière dédiée aux galeries d’artistes.

Les havres de paix sont nombreux, les vues toujours jolies et il est facile de s’imaginer sur pause, dans un retour au XIXeme siècle. Comme si la ville n’avait pas bougé!

Porto semble épargnée par la mondialisation. Un seul Macdo dans tout le centre, pas beaucoup de grandes enseignes. Tout semble local, les centres commerciaux sont loin.

A la place, plein de petites boutiques, même pour les souvenirs. Beaucoup d’originalité et de concepts modernes aussi. On se croirait dans des décors créés pour Instagram ou Pinterest. J’ai l’impression qu’à Porto la place est laissée à l’anticonformisme et à la créativité.

Nous avons passé beaucoup de temps à nous balader dans les rues, à marcher à l’ombre, à observer les bâtiments, à noter les petits détails.

Après un premier jour à la plage juste à côté de Porto (mes brûlures, tout ça tout ça), nous nous sommes déplacé en douceur dans la ville, jusqu’à ce qu’on tombe sur ce parc, magnifique jardin!

Il s’agit de celui du Musée Romantique qui présente, au sein de la quinta da Macieirinha, la mise en scène d’une maison du XIXème siècle. On est loin du musée classique où chaque couteau est détaillé avec son nom, son utilité et son alliage. il s’agissait plutôt d’une reconstitution dans laquelle on pouvait se balader, les écouteurs fournis au début de la visite nous racontant l’histoire de différents visiteurs (le roi d’Italie Charles Albert, qui y est mort en 1849, par exemple).

Le jardin est splendide et accueillant. Sur plusieurs niveaux, chacun peut y trouver sa place. 

Nous avons ensuite pris le temps de faire un court séjour dans la vallée du Douro, à la naissance du Porto. C’est vraiment une excursion que je conseille : tout se fait en train depuis Porto et le trajet est super joli! On entre assez vite dans la vallée et on peut observer ces vignes si particulières. Construites en terrasses, elles demandent un travail fou, sous 40 degrés en été.

Nous nous sommes arrêtés à Pinhaoau bout de deux heures de train à peu près. C’est un tout petit village construit autour de la route qui le traverse. On a mangé au bord du fleuve un traditionnel poisson grillé accompagné de légumes vapeurs.

Il n’y a concrètement rien de plus à voir dans ce village mais le paysage est si joli et reposant… Ca donne envie de revenir se perdre dans les collines tous les ans (mais seulement s’il y a une piscine!).

Puis une petite promenade en bateau nous a rapproché de grands domaines (quinta en portugais) comme Dows ou Quinta da Romaneira. On les retrouvera le lendemain en allant visiter quelques caves.

Cette photo est une de mes préférées du voyage. Je me suis retournée, je les ai vu jouer dans la rue, je n’ai même pas cadré pour me dépêcher de saisir l’instant et je suis ravie de ce beau moment de vie.

 

 

Le lendemain, nous sommes restés dans le thème du porto et avons traversé le pont Luis Ier pour nous rendre de l’autre côté de Porto et découvrir les caves qui sont situées à flanc de colline, les unes à côté des autres.

 

Elles se visitent presque toutes et la formule est presque toujours la même (Visite guidée des caves puis dégustation). Je dois dire que les visites sont de grande qualité. Pour avoir travaillé dans l’oenotourisme en Bourgogne, les portugais sont largement en avance à ce niveau. Pour 15€ on peut visiter les caves et goûter 3 à 4 vins différents et de grande qualité. La possibilité intéressante est de choisir une formule de dégustation différente si on est à plusieurs pour pouvoir essayer plus.

Il n’y a pas trop de monde, tout est prévu pour accueillir les visiteurs comme des rois et les espaces de dégustation sont souvent sublimes, modernes, avec une vue magnifique.

 

Les caves… Sont comme toutes les caves : des fûts et des tonneaux! 😉

En étant passionnée d’œnologie, je trouve la visite guidée intéressante pour rappeler les bases du Porto mais pas forcément approfondie pour rentrer dans les subtilités de la fabrication ou de la dégustation. Ça reste toutefois un chouette moment!

Le reste du temps c’était plutôt balade tranquille dans la ville et dégustation de poissons. Le rythme des vacances quoi. Ca été difficile de s’y mettre surtout en voulant profiter de chaque instant. Mais finalement La dolce vita nous a gagné, l’heure de lever s’est décalée et on se retrouvait à manger à 16h, normal!

Nous sommes allé deux fois à la plage pendant la semaine (malgré l’échec cuisant de la première séance bronzette!). Depuis Porto c’est super pratique : on prend le train avec une carte spéciale qu’il faut demander au guichet et pour 1,20€ donc 2,40€ aller retour, on est à la plage! On a adoré aller à Miramar, qui est vraiment calme avec une petite chapelle toute dorée qui s’étire dans la mer sur les rochers. Je n’ai pas pris de photos de ce super décor car je ne voulais pas emporter mon appareil photo (avec le sable…).

Mes adresses :

Pour manger ou faire du shopping, je dirais que tout est intéressant. Il n’y a pas trop de risques de tomber dans un piège à touristes car c’est pour l’instant une ville qui est épargnée. C’est sûrement une des seules que j’aie visité ainsi d’ailleurs et ça fait un bien fou. Ce côté authentique est vraiment plaisant. Donc il faut tenter, pousser des portes, rentrer dans les boutiques et ouvrir ses yeux. Finalement c’est le meilleur conseil que je puisse donner.

Pour se loger

L’appartement que nous avions choisi était celui de Bruno, une merveille de décoration charismatique et pleine de symboles! Ce n’est pas pour tous les goûts mais nous avons adoré y vivre pendant une semaine.

J’espère que vous avez survécu à la longueur de l’article 😉

Merci de votre passage ici,

Ju-liette

Spread the word. Share this post!

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Ma découverte : Porto"

Me notifier des
avatar
1000
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
trackback

[…] Ma découverte : Porto […]

wpDiscuz